DES NOUVELLES DE QUELQUES-UNS 22

*** Juillet 2022

Bonnes nouvelles de José Szlowieniec (JA90) qui vient d’être nommé commissaire de police aux Sables-d’Olonne.

*** Juin 2022

*** Bonjour à tous,
Après le texte de réflexion « sens ou non-sens » voilà un autre texte plus général écrit par M. le Supérieur, l’abbé Edmond Bernaert, il y a 50 ans à la rentrée scolaire de 1972 et qui mérite aussi qu’on y réfléchisse.
Amitiés à tous et bonne méditation.

CHERS ANCIENS

Depuis plus de vingt ans qu’Haffreingue-Chanlaire existe comme tel vous devenez nombreux, dispersés aux quatre vents de France et même du monde. Tout de suite après votre départ vous êtes revenus plusieurs fois: c’est si bon de se promener librement dans les couloirs. Puis vos visites se sont espacées mais vous êtes quand même revenus annoncer votre mariage. Depuis un faire-part de naissance, une carte de Nouvel An nous assurent que vous n’oubliez pas votre collège. Savez-vous qu’il me vous oublie pas non plus et qu’il est parfois question de vous à la table des professeurs? Entre vous et nous un lien s’est tissé au cours des années de votre enfance et de votre adolescence et ce lien demeure solide. Ne le brisez pas.

Ici la vie continue. De plus en plus j’inscris des fils d’anciens. Cette continuité fait plaisir, car il n’est pas si facile de continuer. Jacques de Bourbon-Russet, quelqu’un que je vous conseille de lire, écrit quelque part: « Conserver, ce n’est pas rien faire, ne rien changer, c’est au contraire, agir tout le temps, réformer pour faire durer. Conserver c’est réformer. La lutte contre le désordre, contre l’entropie, est une conquête de chaque jour ».

Lutte de chaque jour, voilà bien la vie de votre collège comme la vôtre certainement. Au fond, la vie ne serait pas grande si elle n’était pas cette lutte. Mais aussi la vie ne serait pas belle si à travers elle ne courait pas la trame de l’amitié. Puisse la nôtre vous aider un peu, comme la vôtre nous aide.

E.B.

 

*** 25 mai 2022

Bonjour à tous.
il y a quelques décennies, Le Chanoine Edmond Bernaert, Supérieur de l’institution Haffreingue-Chanlaire écrivait souvent une page de réflexion dans le bulletin « RENCONTRES » des Jeunes anciens. Il avait intitulé ça « NI LECTURES NI SPIRITUELLES ». Certains s’en souviendront d’autres vont les découvrir au fur et à mesure des publications à la fois sur le site Nazareth-Haffreingue et sur les pages Facebook à destination des anciens.

Suite à des évènements tragiques il avait proposé à notre réflexion ce petit texte qu’il avait intitulé :
SENS OU NON-SENS ?

     Après la disparition de Guy Gommeaux, de Pierre Vanheeckoet, de Dominique et de Julien Lécrivain, pour ne parler que de l’actualité, voici que nous apprenons celle d’Antoine de la Gorce et de sa jeune épouse.

     Le premier mouvement du cœur est de se révolter: un réchaud à gaz qui continue de brûler, un filin qui se prend dans une hélice, un écart sur une route droite, un gué devenu soudain impraticable, et voici des jeunes vies humaines promises à la joie, brutalement emportées, laissant derrière elles le chagrin, un sentiment d’absurdité, une impression de non-sens.

     Le chagrin est naturel: ils se sont figés dans le silence de la mort, nous les aimions, ils étaient jeunes et joyeux. Toujours, ils manqueront à notre monde visible et notre affection est à jamais blessée. Impossible de penser sans frémir à la douleur de leurs pères et mères, de leurs frères et sœurs.

     Le sentiment d’absurdité, l’impression de non-sens, cependant sont de trop. Sans doute, si la vie n’était qu’une trajectoire de la naissance à la mort, nous ne comprendrions pas qu’elle fût si bêtement brisée, mais la vie, est plus que cela. La trajectoire part de plus loin que la naissance, se prolonge au-delà de la mort. Elle va de Dieu initial à Dieu final. Chaque être humain est une idée de Dieu, et la vie est donnée pour faire l’épreuve et la preuve d’une liberté qui sait s’orienter vers son pôle divin. Qu’un évènement naturel, si stupide soit-il, interrompe la trajectoire visible, nous savons qu’elle continue par-delà la portée de notre regard vers un Être qui la réalise comme un but. Dans un autre monde mystérieux, mais certain, nos amis vivent heureux et comblés. Il n’y a plus de non-sens.

     Une phrase de l’Évangile devrait être présente à notre esprit quand nous prend la tentation d’absurdité devant la mort. Jésus va mourir ! A côté de lui, un homme va mourir aussi. Et voici que le Seigneur prononce ces mots qui résument toute notre foi et notre espérance, en quatre perspectives profondes :
-celle de notre personnalité gardée par-delà la mort : TU SERAS
-celle de la réalité temporelle de notre transformation : AUJOURD’HUI
-celle de l’amitié définitive avec le Christ : AVEC MOI.
-celle du bonheur : DANS LE PARADIS.

     Guy, Pierre, Dominique, Julien, Antoine, nous vous reverrons.

E.Bernaert.

*** 22 janvier 2022
Meilleurs vœux pour 2022 à tous les anciens avec ces quelques photos de mon année 2021
A bientôt
Amicalement

 

D. Ficheux (JA 76)

***19 janvier 2022.
Bonjour à tous
Ma première rencontre/signature aura lieu le mardi 1 Février à Paris à la Librairie Gallimard ,Boulevard Raspail à 19h. Un grand merci à Anne Ghisoli pour cette invitation.

Pour avoir plus d’informations sur cette publication : CLIC ICI

G. Vincent (JA 71)